Rendre le travail visible

Raconter le travail au quotidien pour mieux le comprendre, le transformer, l’organiser ou tout simplement pour le plaisir, tel est l’objet de nombreuses initiatives récentes. Les regards sont divers, les enjeux différents mais tous ont en commun de faire apparaître la partie immergée du continent « travail ».

 

« J’ai mis 15 ans à apprendre », « Le jeudi, je n’ai que deux heures de cours, pourtant j’en ressors toujours lessivée. » A priori, consacrer une heure de cours d’EPS à faire jouer au basket une classe de quatrième ne relève pas de l’exploit. Cela pourrait se décrire comme une « séquence » de cours simple : donner les consignes, constituer des équipes, faire jouer et noter. Pourtant Marie-Cécile craint le pire : le « chaos ». Chaque minute représente une épreuve. Il faut rassembler les enfants autour d’elle (alors que ça court déjà dans tous les sens), affronter le chahut (moqueries, éclats de rire, cris de scandale) quand elle annonce la constitution des équipes (qu’elle a mis un temps fou pour essayer d’équilibrer). Il y a ceux qui trépignent pour prendre les ballons, ceux qui discutent au lieu de s’échauffer… Ses collègues chevronnés lui avaient donné un conseil désarmant : « Pour le premier trimestre en sport co, surtout ne cherche pas à faire compliqué, tu débutes… Si après les vacances de la Toussaint tu réussis à constituer des équipes et à lancer des matchs, ce sera déjà un grand pas. »

 

Donner la parole aux invisibles 


 

Déboussolée, Marie-Cécile a écrit son expérience sur Raconter le travail.fr, un site qui rassemble des récits d’enseignants et de personnels de l’éducation. à côté de celui de Marie-Cécile, on trouve le témoignage de Claire, CPE qui décrit ses démêlés avec les « élèves difficiles et parents déconnectés » ou le récit de Samir, infirmier en collège. Impulsé par un syndicat, le SGEN-CFDT, Raconter le travail s’inscrit dans le sillage du projet Raconter la vie impulsé par l’historien Pierre Rosanvallon1. L’objectif est de donner la parole aux « invisibles ». Que sait-on par exemple de du travail du responsable d’une agence d’intérim ou d’une jeune magistrate juge des affaires familiales, d’un chauffeur livreur ou d’un magasinier ? Peu de choses en fait. Même pour les métiers les plus exposés que l’on croit connaître – enseignante ou esthéticienne –, une grande partie du travail reste souvent méconnue. Les mutations récentes du travail ont généré une société extrêmement complexe, où de larges pans des métiers restent méconnus. D’où l’idée de demander à des journalistes ou à des écrivains d’aller à la rencontre de ces travailleurs pour les inciter à parler de leur vie quotidienne. 


 

Derrière ces initiatives se profile un enjeu : celui du sens du travail. Pourquoi travaillons-nous ? En parler permet de mieux le saisir. Ségolène Journoux, chargée de mission à l’Anact (Agence nationale pour la qualité de vie au travail), rappelle que l’accord national interprofessionnel (Ani) sur la qualité de vie au travail, signé en juin 2013, a souligné que « la possibilité donnée aux salariés de s’exprimer sur leur travail, sur la qualité des biens et services qu’ils produisent, sur les conditions d’exercice du travail et sur l’efficacité du travail est l’un des éléments favorisant leur perception de la qualité de vie au travail et du sens donné au travail. » L’Anact consacrera d’ailleurs sa douzième semaine de qualité de vie au travail (du 15 au 19 juin) à ce thème : « Rendre le travail parlant » 2. 


 

Parmi les autres initiatives, un collectif, Dire le travail (direletravail.net), organise des ateliers d’écriture sur le travail. Les textes sont ensuite mis en ligne. Sur le site Changer le travail.fr, Sciences Humaines récolte des témoignages et propose des reportages sur les expériences professionnelles. Il existe aussi les initiatives spontanées de ces blogueurs – DRH, secrétaire médicale ou agent immobilier dépressif – qui décident de raconter les splendeurs et misères de leur journée de travail. 



 

Décrire le travail : pourquoi faire ? 


 

Il y a trois raisons principales de raconter le travail : comprendre, agir et se faire du bien. 


 

La première raison, d’ordre scientifique, semble une évidence. Pour penser le travail, il faut d’abord le décrire. Et pourtant « les études d’ethnographe du travail » ne sont pas si nombreuses qu’on pourrait le penser, comme le notent les auteurs d’Observer le travail 3. Si le « terrain » est la norme obligée de la recherche sociologique, elle prend le plus souvent la forme d’entretiens et de questionnaires, mais plus rarement d’immersion dans la vie quotidienne au travail, constate le sociologue Jean Peneff, un pionnier dans la démarche d’observation. Aux états-Unis, l’enquête ethnographique fait partie d’une longue tradition : au sein de l’école de Chicago, la sociologie des professions a par exemple longuement étudié le quotidien des médecins et des infirmières. En France, l’approche ethnographique est plus marginale ; il a fallu attendre les années 1980 pour qu’apparaissent des travaux d’ethnographie sur les policiers, les infirmières, les boulangers ou les chercheurs 4. 


 

Raconter le travail, c’est aussi une façon de le transformer. On peut envisager ces prises de parole dans une optique d’émancipation : parler est une première étape pour se libérer, révéler au grand jour les non-dits, faire reconnaître cette part invisible de l’activité qui n’entre pas dans les consignes : « On fait toujours plus et mieux que ce qu’on nous dit de faire. » C’est en ce sens que la coopérative Dire le travail se veut « engagée », avec la conviction que « dire le travail » contribue à « l’émancipation de ceux qui le font, voire le subissent ». 


 

Certains syndicats, comme la CGT ou CFDT, soutiennent aussi cette nouvelle approche, après avoir pris conscience qu’ils avaient focalisé leur attention sur les conditions de travail, et non sur son contenu 5. 


 

Enfin, les managers et les décideurs ont eux aussi un intérêt à rendre le travail plus visible. Pierre-Yves Gomez, professeur à l’EM-Lyon, explique dans Le Travail invisible que la financiarisation de l’économie (qui découple la production de l’investissement), la mondialisation (qui éloigne les centres de production des centres de décision) et le management du travail (fondé sur une évaluation chiffrée) ont complètement coupé le manager de la connaissance du travail concret 6. 


 

Une fonction cathartique


 

Cette méconnaissance tient à une autre raison : l’autonomie des personnes, à la fois souhaitée par chacun et encouragée par les nouvelles méthodes managériales. Nombre de professionnels travaillent en gérant seuls leur agenda et leur façon de faire. La rançon de l’autonomie est que le travail n’est connu que de celui qui l’exécute, d’où le problème de la reconnaissance. Comment le travail pourrait être reconnu s’il n’est même pas connu ? 


 

Enfin, raconter le travail revêt une fonction cathartique : cela permet de se défouler, de partager ses émotions avec une personne extérieure ou dans un journal personnel, mais aussi de prendre du recul et d’analyser ses propres pratiques. On se raconte aussi pour le plaisir de raconter et de parler. Beaucoup de gens adorent parler de leur travail quand on les interroge. 


 

Comprendre, agir, témoigner, voilà trois bonnes raisons de raconter le travail. Reste à savoir comment. 


 

Raconter le travail : a priori rien de plus simple. Il suffit d’avoir un stylo, un carnet de notes et un peu de temps. Mais tous les apprentis écrivains ou les chercheurs sont vite déroutés par l’ampleur et l’imprécision de la tâche : par quoi commencer ? Que dire ?


 

Tout dépend de l’œil de l’observateur. Comme pour un photographe, l’ethnographe ne peut saisir toute la réalité, mais seulement ce vers quoi il braque l’objectif. La réalité est complexe, protéiforme, il y a mille choses à voir, mille anecdotes à raconter… Une simple matinée de travail pourrait prendre des heures à être racontée par le menu. L’arrivée, le café, la réunion de service, les rencontres dans les couloirs, les courriels… Tout a-t-il du sens ?

 

Travail prescrit, 
travail réel 


 

Qui dit travail invisible dit souvent « travail informel ». S’immerger dans le monde du travail, c’est se donner la possibilité de voir ce qui échappe habituellement au regard de la direction, aller au-delà du travail officiel tel qu’il est décrit par les organigrammes officiels. La distance entre le travail prescrit et le travail réel, le formel et l’informel, a d’ailleurs été l’un des thèmes favoris de la sociologie des organisations 7. Le sociologue américain Donald Roy est l’auteur d’un ouvrage classique (Un sociologue à l’usine, 2006) où il relate le « freinage » volontaire des cadences par les ouvriers métallurgistes durant les années 1950. Aujourd’hui, les observateurs ont plutôt tendance à souligner l’inverse : des salariés qui transgressent les règles pour « mieux faire leur travail ». Comme ce chauffeur livreur qui arrive avant l’heure au travail (allongeant volontairement sa journée de travail) afin de ne pas être stressé le reste de la journée 8, ou cette infirmière qui prescrit des antalgiques à un malade en transgressant ses prérogatives (toute prescription doit relever de la décision d’un médecin). 


 

Un autre thème privilégié d’observation porte sur les interactions entre personnels. Dans un lycée par exemple, l’enseignant, le directeur et le CPE participent chacun à la discipline scolaire, mais tous n’ont pas la même conception de l’ordre, de ce qui est acceptable ou non, des niveaux d’exigence. D’où des tensions et désaccords qui s’observent à des détails subtils : petites anicroches, remarques agacées, moues dubitatives ou franche prise de bec 9. Il arrive parfois que le travail d’un enseignant soit contesté ouvertement par les élèves et leurs parents. Comment le directeur d’école, sollicité pour intervenir, va-t-il réagir ? Cette petite dramaturgie ordinaire reflète des questions plus générales sur l’ordre scolaire, les stratégies individuelles et les attentes de l’institution. Les tractations et tracasseries quotidiennes peuvent paraître mineures ou marginales, négligeables à l’échelle des grandes questions de société, elles n’en ont pas moins une résonance émotionnelle très forte pour celui qui les vit au quotidien.





Se faufiler à sa manière 
dans son poste 


 

Raconter sur le travail, c’est mettre en lumière bien d’autres dimensions de l’activité professionnelle. Chaque personne s’approprie à sa façon un poste donné 10 : il existe bien des façons d’être prof, cuisinier, juge ou journaliste ou assistante sociale 11. Chacun se faufile à sa manière dans son poste. L’ethnographe du travail s’intéresse aussi à bien d’autres thèmes : les trajectoires individuelles, les sociabilités professionnelles, les relations hiérarchiques, les liens entre groupes professionnels, les savoirs et savoir-faire et leur transmission, les différences entre hommes et femmes 12… 


 

Finalement, étudier le travail à la loupe, le raconter au quotidien, faire parler, écrire les professionnels révèlent mille enjeux implicites. Aucune grille de lecture ou démarche unique ne suffit pour l’englober. Au demeurant, l’ampleur du travail accompli est invisible pour celui même qui l’exécute. 


 

Ainsi, Marie Cécile, notre professeure d’éducation physique se rappelle avoir très mal vécu la dernière séance de basket : « Un moment de chaos généralisé. » La séance suivante, son appréhension est à son comble quand elle affronte de nouveau la classe. Et à son grand étonnement, elle entend alors ses élèves lui demander : « Madame, on fait quoi aujourd’hui ? Comme la dernière fois ? C’était trop bien ! »

 

 

Profession : chauffeur-livreur

 

On souhaite tous que la supérette en bas de chez soi soit approvisionnée chaque jour en produits frais, que la pharmacie du coin ait les médicaments disponibles, que les journaux soient dans les kiosques et les colis urgents livrés à l’heure. Mais on voudrait se passer des camions qui livrent ses produits : ils encombrent et bloquent la circulation, ils polluent, ils font peur aux cyclistes. Les chauffeurs livreurs sont indispensables mais vivent dans un monde qui leur est hostile : les citadins ne les apprécient guère et leurs conditions de travail, soumises à des normes et à des rythmes de plus en plus exigeants, sont épuisantes. 


 

Léon Kaba, une cinquantaine d’années, conduit un camion frigorifique et, tôt le matin, il vient livrer un supermarché en produits frais. Pour ne pas rompre la chaîne du froid, son moteur doit continuer à tourner, ce qui déplaît au voisinage. Il le sait mais ne peut faire autrement. 


 

Le métier ne se résume pas à prendre le volant : il faut gérer un timing rigoureux, faire de la diplomatie avec des mécontents, garder son calme face aux vexations et aux agressions. 



 

Fred Zeitoumi, lui, est patron d’une petite entreprise de messagerie qui sous-traite pour la grande distribution. Il tempête contre les charges sociales trop élevées mais met un point d’honneur à ne pas suivre le pas d’autres patrons qui ne déclarent leurs chauffeurs qu’à mi-temps, le reste du temps étant au noir… 



 

Mohamed Zghonda, dit Momo, a conscience de faire partie de « privilégiés » : 1 800 euros par mois, un CDI dans une grande entreprise de messagerie, il est par ailleurs syndicaliste FO, et est donc un salarié « protégé ». Il tente de résister contre les conditions de plus en plus difficiles qui sont celles des myriades d’entreprises de transport. 



 

Ève Charrin, journaliste, a accompagné ces chauffeurs dans leur tournée. Avec elle, on découvre les facettes d’un métier qui ne se résume par à la conduite sous stress mais qui a aussi ses charmes : la petite fierté de se sentir un père Noël qui vient remplir les rayons d’un magasin, livrer un colis tant attendu par un particulier, parfois une pochette de sang dans un hôpital. Un métier qui est fait aussi de poignées de main et de clins d’œil avec certains gardiens d’immeuble. Un métier où beaucoup continuent de se sentir libre dans leur camion, même si cette liberté est de plus en plus limitée. En fin de compte, ce que révèle l’enquête d’È. Charrin, c’est l’extraordinaire débrouillardise et maîtrise de soi dont font preuve ces travailleurs de l’ombre que sont les Sami, Mahomed ou Léon. 


 

À LIRE
• La Course ou la ville 

Ève Charrin, Seuil, 2014.

Jean-François Dortier

 

  • 1. Voir Martine Fournier, « La vie des autres », Sciences Humaines, n° 258, avril 2014.
  • 2. Consulter www.anact.fr ainsi que le magazine de l’Anact Travail et changement.
  • 3. Anne-Marie Arborio et al. (dir.), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, La Découverte, 2008.
  • 4. Christelle Avril, Marie Carlier et Delphine Serre, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, La Découverte, 2010.
  • 5. Le contenu du travail pourrait représenter un nouvel horizon pour le syndicalisme. Le projet Raconter la vie est soutenu par le SGEN-CFDT.
  • 6. Pierre-Yves Gomez, Le Travail invisible. Enquête sur une disparition, François Bourin, 2013.
  • 7. Voir Herbert Simon et James March, Les Organisations, 1958, trad. fr. Dunod, 1999.
  • 8. Ève Charrin, La Course ou la ville, Seuil, 2014.
  • 9. Philippe Masson, Les Coulisses d’un lycée ordinaire. Enquête sur les établissements secondaires des années 1990, Puf, 1999 . Voir aussi le témoignage de Claire la CPE sur Raconter le travail.
  • 10. Philippe Bernoux, Mieux-être au travail : appropriation et reconnaissance, Octarès, 2015.
  • 11. Delphine Serre, Les Coulisses de l’état social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Raisons d’agir, 2009.
  • 12. Christelle Avril, Marie Carlier et Delphine Serre, op. cit.

Mot-clé(s): 

Commentaires

de turenne Jacques

Un autre aspect, essentiel, parmi tous ceux qui sont clairement développés dans l'article, la restauration de la collaboration et non pas seulement de la coordination ou de la soumission lorsque de multiples professionnels sont impliqués, chacun dans son domaine, dans la réalisation d'une tâche... Cette collaboration implique que chacun puisse tenir un discours "en propre" sur sa pratique, et l'articule, confronte aux autres discours. Ce travail là est absolument inévitable dans la construction de collectifs de travail (à opposer à la collection d'individus cf. Y.Clot)

Ajouter un commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Votre adresse ne figurera pas visible sur le site

Commentaires

  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd><br><p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.